Un élu de la majorité condamné pour harcèlement : tirer toutes les conséquences !

Nous apprenons ce jour la condamnation de Sylvain Avril, conseiller municipal de la majorité, pour des faits dont la gravité est incontestable. Il s’agit non seulement d’un cas de harcèlement, véritable fléau contre lequel se mobilisent à raison de nombreux citoyens et associations, mais aussi de l’utilisation à des fins personnelles d’informations confidentielles auxquelles Sylvain Avril avait accès en tant que policier.

Cette décision de justice ne peut demeurer sans conséquence pour la municipalité de Bouguenais. Parce qu’elle entame la confiance de nos concitoyens dans leurs représentants, parce que les actes jugés sont incompatibles avec la notion d’exemplarité que chacun est en droit d’attendre de la part d’un élu, nous, Bouguenais en Commun-s, rassemblement de citoyennes et citoyens de gauche, réclamons la démission de Sylvain Avril du Conseil municipal.

Cette affaire suscite également un certain nombre d’interrogations légitimes pour lequel nous attendons une clarification de la part de Sandra Impériale, Maire de Bouguenais.

Celle-ci ne pouvait totalement ignorer la situation de Sylvain Avril lorsqu’elle a fait le choix de le prendre sur sa liste, celui-ci ayant été sanctionné, « muté d’office », par son administration à la suite de l’ouverture de la procédure judiciaire (dixit le Parisien, 31 décembre 2020).

Elle n’a pourtant pas hésité à utiliser politiquement la profession de ce colistier en déclarant le 24 juin 2020 : « Sylvain Avril est dans la Police Nationale, il apportera son expertise sur les questions de sécurité en tant que Conseiller Délégué à la Tranquillité Publique ». 6 mois après la victoire de la droite aux élections municipales, les Bouguenaisiens découvrent le « professionnalisme » de leur élu tant vanté par Sandra Impériale sous un nouveau jour !

Nous nous inquiétons particulièrement de ce que la Maire a confié à Sylvain Avril une délégation municipale intégrant la question de la « vidéoprotection », sujet à traiter avec la plus grande prudence et la plus grande mesure. Sujet pour lequel nous avons toujours exprimé les plus grandes réserves tant que son utilisation ne sera pas suffisamment cadrée. Au centre de ces préoccupations : l’accès et l’utilisation des données collectées qui nécessite une confiance absolue de la part de nos concitoyens.

Dans ces conditions, nous ne comprenons pas que la Maire n’ait pris aucune mesure alors que la plus élémentaire prudence s’imposait, particulièrement après le réquisitoire prononcé fin décembre par le procureur de la République et qui aurait dû déboucher sur le retrait de toute délégation ou responsabilité du Conseiller municipal incriminé et sa mise en retrait de la vie institutionnelle.

Si nous attendons des réponses de la part de Sandra Impériale sur son attitude et ses choix concernant son colistier, il nous paraît inimaginable que Sylvain Avril conserve son mandat municipal : nous appelons la majorité municipale de Bouguenais à prendre ses responsabilités et à tirer les conséquences politiques de cette décision de justice.