Pouvoir de vivre : nous cochons (presque toutes les cases !)

Le pacte du pouvoir de vivre a été élaboré par 55 organisations, associations, syndicats… et est représenté en la personne de Nicolas Hulot. Intéressées aux questions soulevées par les 10 mesures économiques et sociales évoquées, nous évoquons leur mise en oeuvre (déjà depuis longtemps sur Bouguenais) !

Développer les alternatives actives et collectives pour diminuer drastiquement les trajets en voiture individuelle.

Il s’agit pour nous d’un défi à la fois pour la préservation de l’environnement mais aussi pour la qualité de vie et le pouvoir d’achat de nos habitants et des usagers du territoire. Ainsi, nous poursuivons l’extension des transports en commun pour qu’ils soient toujours plus pertinents et crédibles pour les trajets du quotidien. Trajets qui peuvent être réalisés de plus en plus en vélo grâce à des aménagements adaptés donc des pistes en site propre. La voiture conduite par une seule personne doit devenir l’exception, ainsi, il faut développer les aires de co-voiturages avant d’entrer dans les zones urbaines… mais aussi miser sur des innovations comme le covoit tan. Nous comptons poursuivre dans ces voies d’amélioration pour réduire au maximum le nombre de kilomètre en voiture par personne.

Réduire l’utilisation des pesticides de synthèse de 50 % dans les zones agricoles d’ici 2025.

La question est toujours épineuse mais avec la majorité actuelle, nous nous sommes positionné sur la diminution des produits phytosanitaires en appelant à la signature l’appel « Nous voulons des coquelicots« . Par ailleurs, en lien avec Nantes Métropole, nous agissons pour accueillir les activités agricoles respectueuses de l’environnement qu’il s’agisse de « raisonné » ou de « bio ».

Garantir des cantines bio, locales et socialement responsables avec l’objectif de servir 60% de produits bio et locaux et au moins 2 repas végétariens par semaine.

Nous sommes déjà depuis longtemps des consommateurs de produits bio, à environ 60% des dépenses de denrées alimentaires concernant la restauration scolaire et nous mettons en oeuvre les repas découverte, sans viande, pour sensibiliser à de nouvelles formes de gastronomie et amoindrir l’impact environnemental de l’alimentation.

Lutter activement contre la précarité énergétique des personnes modestes et mettre en place un plan de rénovation thermique des bâtiments publics.

La rénovation progressive (mais aussi la mise en accessibilité universelle) des bâtiments publics est en cours. Par ailleurs, aussi avec la Métropole, nous menons des actions de rénovation thermique dans le logement social mais aussi privé dans le cadre du Programme Local de l’Habitat.

Lutter contre l’artificialisation des sols en posant un moratoire sur toute ouverture ou extension de grandes surfaces commerciales ou logistiques dès 2020.

La lutte contre l’artificialisation des sols s’effectue via le Plan Local d’Urbanisme métropolitain (PLUm). Suivant les Grenelles de l’environnement, les PLU antérieurs ont déjà restreints les possibilités d’extension des zones urbanisables et ce mouvement ce confirme quelque soit l’usage potentiel du territoire.

Garantir aux personnes migrantes et réfugiés l’accueil et l’hospitalité et offrir des réponses aux situations d’urgence (hébergement, santé, éducation).

Nous agissons dans le cadre de nos prérogatives et surtout en usant du droit commun. Les politiques de solidarité et de cohésion sociale sont depuis une priorité à Bouguenais : accès aux droits, au logement social, voire aux logements d’urgence, évidemment créer des conditions d’éducation propres à réduire les inégalités et émanciper les personnes. Par ailleurs, nous soutenons fortement les solidarités internationales. L’accueil des migrants relève avant tout de la compétence de l’Etat mais une solidarité intercommunale existe pour trouver des solutions, cela se fait sans esclandre, pour respecter les personnes concernées, mais concrètement.

Garantir l’accès à la santé pour toutes et tous au sein des territoires.

Notre commune ne connait pas de difficulté d’accès à des spécialistes et se trouve à proximité du Centre Hospitalier Universitaire. En revanche, nous sommes attentifs à la médecine générale de proximité car les conditions d’exercice de ses professionnels ont changées et qu’il nous faudra accompagner l’installation de nouveaux praticiens.

Réguler les marchés du logement avec des loyers encadrés, un coût du foncier maîtrisé et des logements sociaux en nombre suffisant.

Le maintien de taux d’effort supportable concernant le logement est un de nos objectifs avec l’amélioration globale de la qualité de vie. Nous nous trouvons dans une zone relativement tendue car la demande de logement reste plus forte que l’offre… En grande partie à cause de la réduction de la taille des ménages. Nous souhaitons répondre à nos obligations de construction de logement social mais aussi expérimenter sur notre commune des opérations avec l’Office Foncier Solidaire, qui permet de déconnecter le foncier de l’habitat et ainsi empêcher la spéculation foncière.

Lancer un plan “Logement d’abord” avec l’objectif de zéro sans-abris dans nos communes.

Nantes Métropole, dont nous sommes, fait partie des 24 territoires à s’inscrire dans cette démarche.

Intégrer les citoyens aux politiques publiques locales, en allouant 10% du budget communal pour la démocratie participative.

Plutôt que de définir un pourcentage du budget, nous avons la volonté d’intégrer les citoyens directement dans le processus l’élaboration des politiques municipales au travers de commissions municipales ouvertes mais aussi par la mise en oeuvre participative des actions d’amélioration des espaces communaux.