Réponses aux question d’écopôle

Nous avons souhaité répondre aux questions d’écopôle, association comme nous concernée par l’écologie et l’éducation à l’environnement. Réponses envoyées le 29/02/2020.

Bouguenais est depuis très longtemps engagée dans la défense de son environnement et la protection de son agriculture et de ses zones naturelles sensibles.

Nous avons été précurseurs dans les politiques environnementales. Notre programme est dans la filiation de ce qui s’est fait depuis longtemps. Pour autant, nous souhaitons « mettre un coup d’accélérateur », d’où un programme porteur de nouveaux projets environnementaux.

La nécessité de conserver les espaces naturels et agricoles, de développer la nature en ville pour préserver la biodiversité et répondre à l’urgence climatique est aujourd’hui reconnue. Elle est dorénavant imposée par le droit. Mais bien avant cela et sous l’impulsion des politiques menées par les municipalités de gauche, Bouguenais était déjà un territoire d’expérimentation. Nous sommes parmi les précurseurs d’une politique d’agriculture péri-urbaine. Le projet alimentaire territorial et notre volonté d’accueillir des activités « de la terre à l’assiette » doit permettre à tous les Bouguenaisiens et Bouguenaisiennes de s’alimenter avec des produits bios, locaux, de saison et économiquement accessibles à tous.

1.   Quelles actions marquantes prévoyez-vous de mettre en place ?

Nous devons protéger nos espaces naturels. Les protéger ne veut pas dire les sanctuariser, mais les valoriser écologiquement. Entre les coteaux de Bouguenais et nos rives de Loire, il est possible de mener des projets innovants en matières environnementale et culturelle. Ceux-ci devront permettre la préservation et la valorisation des espaces naturels et des activités déjà existantes (pêcheries de port Lavigne, Ile Botty, cales de Loire, activités éphémères ou saisonnières…).

La Roche Ballue est un site naturel de loisirs dédié à l’éducation à l’environnement et à la détente, accessible à toutes et tous et qui joue un rôle dans la préservation de la biodiversité de la vallée de la Loire. Nous serons fiers d’en fêter les 20 ans d’existence en 2021 !

Dans la ville même, il est essentiel de créer des îlots de fraîcheur au travers de mini-forêts comme avec le concept « mini big forest » déjà expérimenté dans le nord de l’Europe, et depuis 2019 à Bouguenais.

Les trames vertes (pour les animaux et végétaux), bleues (pour le milieu aquatique), noires (pour les animaux nocturnes) sont à préserver et à développer pour favoriser les corridors de biodiversité et lutter contre la chaleur. Tout aménagement du territoire est analysé par ce prisme prioritaire.

Nous voulons faire de la qualité de l’air un enjeu prioritaire, en demandant aux autorités compétentes les stations et campagnes permettant un suivi permanent, et une communication accessible à tous.

Nous développerons la présence de la nature et de l’arbre en ville, rendant moins minéraux les espaces publics. En exemple la place de l’église qui de parking devient place piétonne accueillant 6 arbres.

La présence d’arbres fruitiers servant à tous est pour nous, un symbole du passage du commun aux communs. Le travail est d’ores et déjà entamé avec des citoyens volontaires sur des parcelles communales dont le plan de gestion leur est confié.   De même, nous soutenons les jardins de poches et les jardins partagés qui sont de nature à apaiser le milieu urbain.

Nous voulons également encourager les déplacements doux et l’utilisation des transports en commun, et ce par le développement de la connaissance de chemins urbains sécurisés pour piétons et pour vélos rabattant sur des arrêts de transports en commun.

Nous voulons également encourager la pratique des vélo-bus pour les écoles en organisant un prêt de vélos adaptés pour le transport par des parents d’enfants de leur quartier.

2.   Comment envisagez d’associer d’autres réseaux, associations, organismes, et autres collectifs afin d’élargir les actions vers un public de plus en plus large ?

Nous voulons co-construire avec les riverains des poches de nature en ville ou en village, Il faudra si le besoin en est exprimé, construire un dialogue associé à une expertise citoyenne appuyée par des associations locales ou ayant une représentation locale. La connaissance du milieu environnemental, social et culturel est une condition de la réussite de ces projets. L’expérience et l’émancipation participe de l’éducation populaire. A Bouguenais la gauche a toujours porté ces valeurs et plus que jamais nous souhaitons les développer en direction des actions environnementales

Nous voulons continuer à promouvoir l’agriculture de proximité et respectueuse de l’environnement, favoriser l’installation d’AMAPS, les soutenir et encourager les citoyens à participer.

Nous contribuons au Projet Alimentaire de Territoire, facteur de résilience alimentaire, et nous encourageant une alimentation locavore saine, respectueuse de l’environnement en circuits courts ;

Le succès de notre centre sociaux-culturel démontre bien, qu’au travers de cours de cuisine et d’échange de pratiques par l’utilisation des ingrédients issus de l’agriculture bio et locale, un intérêt croissant des habitants, nous souhaitons le développer encore plus en démultipliant ces actions sur notre territoire.

Nous voulons continuer à promouvoir le développement durable et la résilience (adaptation positive aux changements) dans tous les aspects de l’action municipale, par la sobriété en énergie, en eau… et ce, dans la continuité de l’action municipale engagée depuis de nombreuses années (travaux d’économie d’énergie, développement du photovoltaïque ,etc.) ;

Nous voulons renforcer le lien avec les bailleurs, les associations de quartier, et les riverains pour la création de jardins et potagers partagés au plus près des habitations ;

Nous voulons renforcer le rôle pédagogique du service espaces verts pour diffuser auprès de la population les pratiques efficaces et respectueuses de l’environnement ;  

Nous voulons entamer la réflexion pour créer un lieu culturel atypique en s’appuyant sur le patrimoine historique et naturel de notre commune en accord avec les associations ;

Nous voulons mener 2 fois au cours du mandat un diagnostic en marchant ouvert à tous sur l’ensemble du territoire de la commune pour repérer les anomalies et les améliorations en matière d’environnement.

3.   D’une manière générale quels moyens allez-vous déployer et mettre en œuvre pour qu’un maximum de citoyens de sentent impliquer et participent pleinement à la transition écologique ?

Nous voulons accompagner la création d’un conseil de citoyens sur le mode d’un conseil de développement, apte à rendre des avis et à réfléchir sur le devenir de la commune, sur sollicitation de l’équipe municipale ou à sa propre initiative.

Créer de nouvelles commissions extra-municipales, avec représentation d’associations et de citoyens intéressés au sein desquelles des orientations et des projets de délibérations seront présentés avant les Conseils Municipaux, l’ordre du jour pourrait émaner à la fois de la ville mais aussi des habitants sur des points sur lesquels ils auront à travailler ;

Mettre en place des élus de quartier voire de rues, accompagnant les politiques publiques, en lien avec les élus chargés des différentes compétences et avec des référents citoyens ou habitants-relais ;

Nous continuerons à soutenir les initiatives collectives (la Clé des champs, Parents à tâtons, associations sportives et culturelles…) qui contribuent à la formation du citoyen et à l’accompagnement éducatif, rendent accessibles et renouvellent les activités de loisirs (politique tarifaire, ouverture à de nouvelles pratiques, covoiturage…) ;

Nous continuerons à mettre en œuvre l’urbanisme négocié pour concilier l’évolution de la ville, la qualité de vie de chacun, et l’insertion dans son environnement

Nous voulons établir un dialogue entre riverains et entreprises pour obtenir les plus grandes garanties et les meilleurs engagements concernant les nuisances et les risques éventuels qui découleraient de l’installation d’activités économiques, par ailleurs utiles, sur notre territoire ;

Nous avons un site, la ferme de la Ranjonnière, qui fédère des actions autour des circuits courts ‘vente directe de producteurs locaux), restauration bio et locale, de la sensibilisation d’enfants aux pratiques environnementales. Nous y accueillons également des associations, et une ferme pédagogique.  Ce site a vocation à regrouper des activités portées par des associations et à servir de « démonstrateur ».