Réponse aux préoccupations de la CSF

Nous avons souhaité répondre aux préoccupations dont la Confédération Syndicale des Familles de Bouguenais nous a fait part. Réponse envoyée le 18/02/2020

1.   Logement

  • Continuer à augmenter l’offre de logements sociaux (maisons F4/F5 pour les familles de plusieurs enfants) et des aides adaptées à l’augmentation des loyers de ces logements.
    • Le logement est pour nous un droit fondamental. En ce qui concerne l’offre en logements sociaux, nous voulons poursuivre le rythme de constructions prévu dans le Programme Local de l’Habitat afin d’atteindre les objectifs fixés par la loi SRU. De manière générale, nous pensons que la satisfaction des besoins et la lutte contre la spéculation sont les réponses à l’augmentation des loyers. Aussi, nous souhaitons expérimenter le dispositif de l’établissement foncier solidaire pour limiter cette spéculation. De même, mieux encadrer les projets immobiliers en utilisant des outils capables de contraindre les opération privées -telles que les Opération d’Aménagement et de Programmation- peut aider à atteindre cet objectif.
  • Continuer à soutenir les actions des locataires concernant la lutte contre la vétusté et les malfaçons des logements ainsi que celle concernant la conformité des isolations.
    • S’agissant des attentes des locataires et des familles en matière d’isolation, de malfaçon, de vétusté des logements, nous voulons continuer à en être le relais. Nous le serons en nous montrant à la fois exigeants et faisant avec les bailleurs. Nous continuerons de soutenir les associations comme la vôtre qui aident les ménages à se défendre. Nous maintiendrons notre financement de la maison de la justice et du droit. Nous travaillerons également à pouvoir bientôt accueillir un conciliateur de justice en Mairie. Par ailleurs, nous continuerons de faire la promotion de « mon projet rénov’ » qui permet l’amélioration de la qualité des logements voire des économies à terme.

2.   Services municipaux

  • Maintien de la gratuité de la piscine, Roche Ballue, médiathèque.
    • En ce qui concerne l’accès gratuit à la piscine, à Roche Ballue et à la médiathèque, il sera évidemment maintenu pour les publics les plus défavorisés. J’ajoute que la gratuité de la médiathèque a été étendue à tous par l’actuelle majorité au début du mandat dans le cadre de la promotion de la lecture publique. L’accès à la piscine est quant à lui gratuit pour tous les Bouguenaisiens de moins de 16 ans.
  • Maintien du quotient familial (QF) pour l’accès aux cantines, périscolaires, centres de loisirs, école de musique.
    • S’agissant des tarifs de nos services tels que la restauration scolaire, le périscolaire, les centres ou l’école de musique, j’ai eu l’honneur de mener avec d’autres la révision du fonctionnement des quotients familiaux en souhaitant qu’il soit plus progressif mais aussi plus simple pour les usagers.

3.   Culture, sport

  • Continuer de poursuivre et d’améliorer les actions d’accès à ces 2 domaines.
    • En ce qui concerne le sport et la culture, nous comptons bien, en lien avec les partenaires -c’est-à-dire les associations en général, mais plus particulièrement l’OMS, la Maison pour Tous, etc- continuer à améliorer sans esbroufe mais très concrètement les propositions dans ces domaines… et surtout leur accessibilité. Le sport et la culture sont pour nous facteurs de lien social, d’émancipation. Ils sont des moments partagés nécessaires à l’épanouissement de chacun.

4.   Propreté

  • Poursuivre une surveillance accrue de la propreté de la commune en vue d’éviter les dépôts sauvages, encombrants et voitures ventouses.
    • La propreté est l’affaire de tous. C’est pourquoi les services municipaux sont depuis longtemps mobilisés afin d’intervenir en réponse aux faits que vous citez. Nous comptons mettre en place des citoyens relais afin de signaler au plus vite ces problèmes du quotidien et ainsi améliorer le cadre de vie de chacune et chacun. Il peut être difficile d’identifier les auteurs de ce type d’agissements mais nous devons mieux informer sur les dispositifs de collectes existant et inciter les habitants à saisir les autorités compétentes pour procéder au ramassage. Nous souhaitons aussi embaucher 2 Agents de surveillance de la voie publique qui seront chargés de sanctionner ces incivilités.

5.   Services publics de proximité

  • Afin de faciliter l’accès aux droits et lutter contre les non-recours et au regard de la disparition des services publics et des difficultés entrainées : nous demandons des bornes avec du personnel adapté pour accompagner les personnes dans leurs démarches (CAF, Sécurité Sociale, Pôle Emploi….). Au-delà nous demandons une Maison des Services Publics.
    • S’agissant de l’égalité d’accès aux services publics, les agents municipaux sont sensibilisés à cet enjeu et s’emploient autant que possible à accompagner les habitants dans leurs démarches. Le cybercentre constitue aussi un pôle de ressource et d’accompagnement pour des démarches de plus en plus dématérialisées. Des initiatives bénévoles -telle que le groupe des « connectés », apparu à la suite du diagnostic de lutte contre l’isolement- constituent aussi un levier fort pour aider les personnes, de manière pédagogique, dans le recours aux droits. Par ailleurs, il arrive que des élus, en fonction de leurs disponibilités et hors cadre de leurs attributions, accompagnent des personnes sur un problème ponctuel, mais il s’agit là d’une intervention à caractère personnel. Les Maison de Services Publics sont aujourd’hui des dispositifs présents dans des espaces trop souvent désertés par les services publics, en particulier dans la ruralité. Nous n’en sommes pas encore là : à Bouguenais, services municipaux et associations pallient bien souvent au désengagent d’autres institutions.
  • Maintien dans le quartier des Couëts des services postaux.
    • En ce qui concerne le devenir des services postaux aux Couëts, le projet de Contrat de Présence Postale Territoriale ne prévoit pas de remise en cause. Cette présence est précieuse, probablement plus encore pour les services bancaires que pour les activités courriers ou colis. Ne dit-on pas que la Banque Postale est la banque de ceux qui ne peuvent pas ouvrir un compte ailleurs ? Nous considérons que la présence d’un guichet est nécessaire pour ces activités et notamment pour les publics les moins à l’aise avec les automates ou l’informatique. C’est un sujet qui retient donc notre attention mais que nous ne voulons pas instrumentaliser à des fins politiques comme d’autres pourraient être tenté de le faire en incriminant par exemple Nantes Métropole, collectivité qui ne joue aucun rôle dans les décisions d’ouverture ou de fermeture des services postaux.

6.   Petite enfance

  • Développer différents types d’accueils publics et adaptés à des horaires de travail atypique.
    • S’agissant des accueils petites enfances, le mandat qui s’achève a permis de rattraper le retard relatif que Bouguenais accusait en la matière. Nous comptons bien poursuivre dans cette voie et nous nous engageons à toujours mieux répondre aux besoins des familles, qu’il s’agisse d’accueil collectif ou au travers de l’accompagnement des assistantes maternelles, quels que soient leurs statuts. Nous avons toujours en réflexion le rapprochement des crèches des lieux d’activité professionnelle.

7.   Handicap

  • Continuer d’améliorer la mise en sécurité de la voirie aux personnes en situation de handicap.
  • Nécessité de revoir les lieux d’accès aux bus (montée et descente en sécurité).
    • Les aménagements de voirie permettant la mise en sécurité des personnes en situation de handicap sont indispensables c’est la raison pour laquelle nous souhaitons associer plus étroitement la commission communale d’accessibilité aux futurs aménagements. De même, en ce qui concerne les accès aux bus, nous pouvons contribuer à porter auprès de la métropole des demandes d’amélioration parfaitement légitimes.

8.   Familles Roms

  • Nous n’acceptons pas les conditions de vie des familles Roms vivant dans des bidonvilles.
  • Nous demandons que soient prises en compte leurs demandes (terrain aménagé avec accès à l’eau, à l’électricité et avec des sanitaires)
    • Concernant les conditions de vie des familles roms en bidonvilles, nous considérons comme vous que cette situation n’a que trop duré : les terrains ainsi occupés dont la situation ne peut être améliorée doivent être évacués et nous ne contribuerons en rien à leur pérennisation. Avec d’autres communes de la métropole, nous avons été à l’origine du dispositif de résorption des bidonvilles et d’intégration des foyers qui le souhaitent. Les familles installées sur le terrain de la rue Christophe Colomb bénéficient de cette démarche menée en partenariat avec les services de l’État et dont l’association Saint-Benoît Labre est l’opérateur. Une fois cette mission menée à bien, l’État devra prendre ses responsabilités et mettre à l’abri les personnes demeurant sur le terrain avant de procéder à la destruction du bidonville. Nous sommes favorables à la création de Terrains d’Insertion Temporaires qui constituent une étape souvent nécessaire avant l’entrée dans un logement à la norme. Cependant, nous ne souhaitons pas en accueillir sur la commune durant le prochain mandat, notre priorité étant la recherche d’un endroit pour transférer le terrain d’accueil des gens du voyage de Maison David, très exposé aux nuisances aéroportuaires.

9.   Transports/circulation

  • Gratuité des transports en priorité aux scolaires
    • S’agissant de la question des transports, nous soutenons l’engagement d’une diminution de 20% du prix des abonnements et le rôle pédagogique de la gratuité le week-end, engagement pris par la gauche métropolitaine pour le prochain mandat. En revanche la gratuité générale n’est pas pour nous une priorité car il s’agit avant tout de diminuer les coûts de déplacement (ce qui libère du pouvoir d’achat par ailleurs) pour l’ensemble de la population et donc d’augmenter le nombre de trajets en modes collectif. Cela demande des moyens financiers conséquent. Bien qu’elle ne représente qu’une partie du financement nécessaire, la contribution des usagers demeure précieuse.
  • Revoir la fréquence des lignes aux horaires de pointe et doublement de l’E8 matin et soir.
    • Nous travaillons à ce que ce E8 soit transformé en Chrono-bus, avec tous ses attributs fréquence, régularité, amplitude horaire, parking relais en bout de ligne. Nous demandons aussi à redessiner l’offre transport en commun du Sud-ouest, avec 2 axes majeurs : axe ligérien, Chrono-bus ; axe pays de Retz, en collaboration avec la Région Gare TER à la Neustrie, avec intermodalité avec le tram et les bus, bus à haut niveau de service de Neustrie à Saint Aignan et prolongement pour le lycée de Bouaye et liaison avec le « Chrono-bus ligérien » à La Montagne ou à Saint Jean de Boiseau (liaison bac Indret – Indre).
  • Améliorer la desserte de certains quartiers (ex : Galheur).
    • Nous voulons améliorer la desserte de certains quartiers et des villages en développant l’appli covoit’tan et en créant des rabattements sur les lignes TC structurantes (TER, Tram, chrono-bus). Nous voulons aussi créer des circuits vélo en créant des voies principales rapides, sécurisées, permettant de traverser la route de Pornic et le périphérique en toute sécurité. Augmenter la surface de stationnement vélo sécurisés aux pôles d’intermodalité. Relier les voies principales avec des voies secondaires irrigants tous les villages. Enfin, nous voulons instaurer un « métro piéton » constitué de chenins urbains sécurisés et jalonnés avec des points de passage sur les arrêts de transport en commun, et dans les centralités.
  • Par ailleurs des problèmes de circulation récurrents (ex : rue de la Pierre Anne) et des problèmes de stationnement dans les quartiers.
    • Ces problèmes de circulation posent des enjeux environnementaux, de sécurité et de qualité de vie. Comme évoqué, se rajoutent des problèmes de stationnement, dus au manque de rotation des véhicules (90% des véhicules stationnent en moyenne plus de 22 h 00 par jour. Le fait se renforce quand les véhicules stationnent à la journée pour des usagers du tram ou à la semaine pour des usagers de l’aéroport. La solution n’est pas simple, cela consiste à aller chercher les usagers très en amont au travers de parkings relais et de transports en commun performants. Mais cela passe aussi par la sécurisation des piétons et des cyclistes sur l’espace public et sur les rues dépourvues de trottoirs. Bouguenais est traversée matin et soir par un nombre de véhicules bien supérieur au nombre de ses habitants, c’est un fait. La politique de développement des modes alternatifs à la voiture occupée uniquement par une personne et en amont de la Métropole est une priorité du mandat métropolitain prochain. Par ailleurs, nous devons nous poser la question des plans de circulations à l’heure où les voies de shunte sont proposées par des GPS et nuisent à l’ensemble des usagers en créant des congestions nouvelles. Ces dernières années, il y a eu une prise de conscience salutaire : pour utiliser d’autres moyens de transports, il faut quand même stocker les automobiles, ainsi le nombre de stationnements à créer sur tout permis de construire nouveau est obligatoirement supérieur à ce que nous connaissions avant le PLUm qui n’est en application que depuis l’année dernière.

10.      Santé

  • Poursuivre la lutte contre l’utilisation de pesticides.
  • Poursuivre et améliorer la démarche bio et locale dans les cantines et maison de retraite.
    • Concernant la lutte contre l’utilisation des pesticides, nous travaillons sur le sujet et comptons ainsi parvenir au zéro phyto pour les espaces verts (nous y sommes de fait quasiment aujourd’hui). Cette démarche est en cohérence avec le soutien que nous apportons depuis de nombreuses années à l’installation d’agriculteurs bio sur la commune et notre choix d’une commande publique (cuisine centrale) permettant de fournir des débouchés au secteur. Nous comptons conserver voire développer le taux d’aliments bio sur la restauration scolaire (qui dépasse les 60% actuellement). La Métropole travaillera aussi à la structuration de filières alimentaires de proximité et nous nous engagerons à ses côtés.
  • Proposer une mutuelle de groupe aux citoyens (une mutuelle et non assurance).
    • La question de la proposition d’une mutuelle de groupe aux citoyens peut être étudiée. Mais nous serons attentifs aux effets quelque fois pervers de telles démarches : les taux négociés avec la ville pouvant être révisé pour les bénéficiaires un peu rapidement ou de manière excessive. Par ailleurs, autre point d’attention, la fusion bien souvent inextricable entre mutuelle, assurance et établissement bancaire…
  • Continuer à veiller à la propreté dans la Commune est une question de salubrité publique.
    • Absolument.
  • Continuer à lutter contre les logements insalubres afin de préserver la santé des citoyens.
    • Absolument (voir aussi le point sur le logement)
  • Continuer à être vigilant à la qualité de l’eau et de l’air.
    • Nous le sommes, et voulons aller plus loin, les mesures des effets cumulés devant mieux orienter l’action des pouvoirs publics.
  • Maintien des services publics de prévention, de santé et de maintien à domicile.
    • Nous nous y engageons et en sommes fiers.
  • Envisager un centre de santé.
    • C’est une question d’autant que la Commune vit une situation paradoxale : plutôt facile d’avoir accès à des spécialistes via l’offre propre mais aussi des communes alentours, nous sommes préoccupés par l’implantation ou le remplacement des médecins généralistes de proximité. Sans solution toute faite, il nous faudra surveiller voire agir sur cette problématique.

11.      Mieux vivre ensemble dans nos quartiers

  • Création de postes de médiateurs de quartiers pour des règlements de conflits de voisinage.
    • L’appropriation de leur environnement par les habitants est un axe fort de notre projet municipal, il est essentiel de créer les liens entre habitants de mêmes rues, de mêmes quartiers afin de faire naitre des solidarités nouvelles. Concernant les conflits de voisinage, la venue du conciliateur de justice est une réponse crédible concernant les litiges relevant du tribunal d’instance. Il viendra compléter le travail des agents du service Vie Quotidienne et Police Municipale ou de la Gendarmerie (avec laquelle nous voulons développer la participation citoyenne).

12.      Vie associative et démocratie

  • Favoriser la participation des habitants aux projets les concernant et recueillir leurs attentes.
    • C’est un axe fort de notre projet et un marqueur depuis toujours de la gauche dans notre commune (ce qui ne signifie pas que tout soit toujours une réussite complète)
  • Reconnaissance du travail et investissement des associations par de subventions substantielles.
    • Le mandat précédent a été marqué par un fort désengagement de l’État que nous avons dû absorber et les associations ont été mises à contribution. Tout en continuant à agir avec prudence, nous pouvons désormais voir s’ouvrir une période plus sereine du point de vue financier. Les moyens mis à dispositions ne sont pas que numéraires, nous pensons que la nouvelle maison des citoyens et des associations sera un outil précieux ainsi que la mise en place d’un pôle associatif doté des moyens adaptés.