Déplacement de l’usine d’enrobé de la Colas : revoir le projet

  

Bouguenais en commun-s se félicite du vœu adopté hier, le 13 février 2020 en Conseil municipal par l’ensemble de la gauche, majorité (PS PCF EELV) comme minorité (BAS), la droite ayant préféré s’en tenir à sa proposition de motion vague, générale, mais surtout démontrant sa méconnaissance totale de la procédure d’implantation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

C’est à juste titre que la majorité a pu détailler les procédures et responsabilités qui relèvent de la Commune ou du Préfet en cas d’implantation d’ICPE et sa volonté de systématiser le dialogue entre acteurs, entre porteur d’un projet et riverains, habitants comme établissements.

Après cet exposé, nous avons pris deux engagements : dans le futur, limiter davantage les surfaces pouvant accueillir des activités industrielles aux alentours de l’IFSTTAR (devenu université Gustave Eiffel) et demander le retrait des permis de construire de la part de la Colas, l’implantation de l’industriel en l’état pouvant pénaliser le pôle de recherche.

Mais cela ne saurait obérer la question du déplacement de l’actuelle centrale à enrobés de la carrière des Maraichères. Bien que réglementaire, cette installation est source de nuisances – notamment olfactives – depuis 40 ans pour les riverains immédiats. Cette situation ne peut pas perdurer et il appartient à l’industriel de présenter les évolutions possibles du site existant ou le transfert dans un lieu moins impactant d’une installation mettant en œuvre les meilleures technologies pour une réduction significative des impacts environnementaux et des nuisances.